Ecrans : danger !
Article mis en ligne le 14 octobre 2019

par Frédéric PERROT

Les écrans = danger pour la scolarité !

- Des études démontrant le danger d’une surexposition aux écrans se multiplient depuis l’avènement du numérique et des écrans . En septembre 2018, une étude longitudinale canadienne effectuée sur 4 520 enfants américains de 8 à 11 ans, et parue dans The Lancet child & adolescent health, conclut que les enfants passant plus de 2h par jour sur un écran ont de moins bonnes capacités cognitives.

- Le journal Le Monde présentait en 2017 une alerte lancée par des médecins et professionnels du secteur éducatif et médical, contre l’exposition massive et précoce des tout-petits à tous les types d’écrans. "Nous recevons de très jeunes enfants stimulés principalement par les écrans, qui, à 3 ans, ne nous regardent pas quand on s’adresse à eux, ne communiquent pas, ne parlent pas, ne recherchent pas les autres, sont très agités ou très passifs. (…) Captés ou sans cesse interrompus par les écrans, parents et bébé ne peuvent plus assez se regarder et construire leur relation. Les explorations du bébé avec les objets qui l’entourent, soutenues par les parents, sont bloquées ou perturbées, ce qui empêche le cerveau de l’enfant de se développer de façon normale".

- le neuropsychologue Francis Eustache, , directeur d’unité de recherche Inserm à l’Université de Caen, explique que "pour que la mémoire fonctionne, il faut de l’attention. Or, la multiplicité des écrans (smartphone, ordinateur, télé...) fait que l’on est toujours en situation d’attention divisée. La situation "stimulus-réponse", générée par les écrans, gène la capacité à traiter les informations en profondeur. Le cerveau a besoin de temps de repos pour synthétiser les données et les encoder.(...)". Avec les écrans, l’enfant passe rapidement d’un sujet à l’autre et n’approfondit pas ses pensées.

- Trop d’écrans nuisent au sommeil des enfants : l’ enquête "Le sommeil des jeunes, pays des écrans en veille", a été réalisée par les 1ères STMG du lycée Jeanne d’Arc à Colombes en partenariat avec l’ association e-enfance et le Réseau Morphée fin 2015. Elle a été menée auprès de 626 enfants du CE2 à la 4ème. Elle révèle que si la majorité des collégiens s’endort entre 22h et 23h en semaine, 30 % le font après 23h. Les deux tiers des 4èmes sont sur un écran avant de s’endormir. 15% des collégiens passent 30 à 60 minutes sur un écran dans leur lit tous les soirs. 45% des 8-13 ans confient avoir mal aux yeux quand ils regardent les écrans le soir. "La lumière bleue émise par les LED peut avoir un effet important sur l’horloge biologique qui régule de nombreuses fonctions de l’organisme telles que l’appétit, la vigilance ou la température corporelle. (…) En fin de journée, une exposition aux sources de lumière enrichies en bleu peut entraîner un décalage de l’horloge biologique et retarder l’endormissement" ( l’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS)) . De plus, le téléphone portable est parfois laissé dans la chambre à côté de l’enfant lorsqu’il dort. Or "des flashs lumineux de quelques millisecondes la nuit peuvent retarder l’horloge biologique, et le système est si sensible que la lumière agit même si on dort les yeux fermés", explique le Docteur Claude Gronfier, neurobiologiste et spécialiste des rythmes biologiques, dans le cadre de l’enquête INVS/Mgen "sommeil et nouvelles technologies", en 2016.

- Le docteur Ducanda médecin de PMI, présente dans une vidéo (voir ci-dessous) des effets nocifs des écrans constatés dans sa pratique professionnelle quotidienne. Notamment, les écrans nuiraient à l’apprentissage de l’effort et de la frustration, si importants à l’école.

Les écrans, un danger pour les enfants de 0 à 4 ans

N’hésitez pas à réagir en "répondant à l’article" ci-dessous, et en publiant vos témoignages. Les forums sont modérés et vous pouvez demander dans le formulaire à ce que votre contribution ne soit pas publiée.